Une assurance-vie au nom de votre enfant, une stratégie efficace

Les parents sont de plus en plus nombreux à opter pour l’ouverture d’un livret d’épargne à leurs enfants, sachant que l’âge minimal des détenteurs d’un livret jeune ou d’un livret A est de 16 ans. Facile à gérer et disposant d’un rendement intéressant, ces dispositifs sont parfaits pour se constituer une épargne de sécurité.

Par ailleurs, le contrat d’assurance-vie pour les enfants fait peut d’adeptes, or plusieurs avantages en découlent. Toutefois, le mineur ne peut user de son droit de désigner lui-même les bénéficiaires de son contrat d’assurance-vie.

Un rendement plus intéressant

Les gains qui découlent d’un contrat d’assurance-vie sont beaucoup plus intéressants que ceux générés par les livrets. Pour l’année 2016, l’écart est ainsi de 1,18 point entre la moyenne de rendement d’un contrat vie (1,93%) et d’un livret A (0,75%).

L’avantage de l’ancienneté

L’assurance-vie n’est pas exclusivement réservée aux personnes majeures. Un mineur peut ainsi être un détenteur d’un compte, ouvert par un adulte. D’ailleurs, il est recommandé d’y souscrire le plus tôt possible afin d’optimiser ses rendements et ses avantages. En effet, les premiers versements se feront tôt, ce qui se traduit comme étant un investissement sur le long terme.

En outre, souscrire une assurance-vie à son enfant permet au contrat de prendre de l’ancienneté, un critère de taille au niveau fiscal. En effet, un contrat-vie est plus intéressant une fois arrivé à son 8ème anniversaire.

Avant cette date butoir, les plus-values d’un retrait sont soumises au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30%. Ce pourcentage est le résultat de 12,8% rajoutés à 17,% de prélèvements sociaux.

Après 8 ans d’ancienneté, le détenteur d’un contrat-vie bénéficie d’un abattement de 4 600 euros pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple. Si le montant excède cette somme, il sera soumis au système de prélèvement forfaitaire libératoire, qui est un dispositif plus qu’avantageux avec 7,5% au lieu de 12,8%, hors les prélèvements sociaux.

Une exception qui confirme la règle

La flat tax (PFU) peut également entraîner une hausse de la fiscalité. Cela arrive dans le cas où un contrat de plus de 8 ans fait l’objet d’un rachat et que l’assuré effectue un versement de plus de 150 000 euros pour une personne seule, et 300 000 euros pour un couple, qui est soumis à une imposition commune.

Toutefois, seuls les versements effectués à compter du 27 janvier 2017 s’ils ne sont pas retirés avant le 31 décembre 2017 sont concernés par ce dispositif.

Comment ouvrir un contrat d’assurance-vie au nom de son enfant ?

Les conditions d’ouverture d’un contrat d’assurance-vie au nom d’un enfant ont été simplifiées au maximum. En effet, il suffit pour l’enfant d’être représenté par ses deux parents ou un seul, selon sa situation familiale. Ainsi, le ou les titulaires devront apposer leurs signatures sur la demande d’adhésion. Pour un enfant de plus de 12 ans, il devra également être consentent et devra signer le bulletin d’adhésion ainsi que les avenants.

Quelles les pièces à fournir ?

Pour l’ouverture de ce type de contrat d’assurance-vie, l’établissement demande les dossiers habituels comme :

  • Photocopie d’un justificatif de domicile
  • Photocopie de pièce d’identité de l’enfant

L’établissement demandera également la photocopie du livret de famille ainsi que les pièces d’identité des représentants légaux de l’enfant. Il sera également nécessaire de fournir un RIB, que ce soit d’un compte ouvert au nom de l’enfant ou des représentants légaux.

Qui peut prendre en charge le compte de l’enfant ?

Afin d’optimiser la sécurité du compte, il incombe aux parents ou aux titulaires d’administrer le contrat jusqu’à ce que l’enfant atteigne sa majorité. L’adulte devra ainsi :

  • Effectuer les arbitrages,
  • Décider des investissements,
  • Approuver ou refuser les rachats qui peuvent intervenir.

D’autres personnes peuvent effectuer des versements sur le contrat afin de garantir un capital important à l’enfant. Il peut s’agir de ses grand-parents, de son parrain ou sa marraine ou toutes autres personnes désirant participer à peaufiner le contrat.

Afin de trouver le meilleur contrat d’assurance-vie pour un enfant, il est intéressant de consulter et comparer plusieurs offres sur les sites spécialisés comme www.detective-banque.fr.